mots, noms, prénoms 1 - britani nouveau

Aller au contenu

Menu principal :

mots, noms, prénoms 1

Traductions
  Langue-mère’, ce qualificatif pourrait paraître un peu prétentieux aux vues des affirmations de l’histoire classique. ‘‘Britani terre d’éveil’’ a décidé de traduire quelques termes des langues anciennes et de prouver ainsi l’antériorité de notre langue bretonne Les mots composés traduits ne sont pas dans notre lexique ‘‘La mystérieuse langue-mère’’, mais confirment nos traductions, confortent nos dires ou partagent nos découvertes.
  Ces exemples vont nous aider à faire la démonstration du lexique : Notre langue était universelle. La traduction des trois mots araméens (ci-dessous) vient d’un de notre équipe, et les traductions parfaites avec notre aide montrent bien l’emploi de nos racines, surtout Houtama. Les mots croates sont ceux d’un ami breton de Lesneven ; sa méthode d’analyse linguistique est la même que la nôtre. En analysant parfaitement l’image du sujet par ses plus petites racines, notre langue-mère va clairement afficher sa pré-existence face aux langues de la lointaine préhistoire.
  Vous trouverez également, sur d'autres pages, des traductions de mots espagnols, indous (premiers temps des Védas), mongols, persans, et dans notre livre de très nombreux mots et noms égyptiens, latins, grecs, phéniciens...
  Nos traductions sont assez loin des traductions "officielles", car ces dernières n'utilisent pas les petites racines de notre langue pour traduire, donc, souvent ils interprètent,  par exemple, en les rapprochant d'une autre langue (utiliser les racines bretonnes les obligerait à reprendre des études ... de breton). Les noms et prénoms ont souvent été tirés de lieux-dits, de lieux d'habitation ou géographiques, du symbolisme, de métiers....et ont pour beaucoup, été modifiés au cours du temps, par exemple en remplaçant certaines lettres par d'autres (le C et le K, le G et le Q, le K ou le Q....) Il faut rajouter à cette complexité, celle de la mutation des consonnes dans notre langue, selon le "sens" du mot (Tan et Dan par exemple, "le feu" ou Tad, père, qui se dit aussi ma zad (mon père) da dad (ton père)), et aussi le fait que notre langue "image" les mots, et en les entendant et comprenant, vous "voyez" le film ou l'image de ce que l'on veut dire. Aussi vous comprendrez que certains noms ou prénoms, ou nom de lieu, ont plusieurs possibilités de traduction, et pour d'autres nous ne les traduisons pas, même si ils paraissent breton. De même,  on ne sait pas dans quel contexte ils ont été attribués ou "inventer", et ils ont aussi subi des transformations au cours des âges, des pays, des dialectes, des religions, de l'environnement...

 Myriam [araméen], Miriam [brt], Mir-i-am, ‘garde elle moi’, ou ‘elle me garde’ ; c’était le nomde Marie, ‘elle beaucoup’, traduit p. 212 de ‘‘La mystérieuse langue-mère’’. En araméen ce nom a le sens de la mère protectrice. – Mir, 'garde', nous trouvons notre racine dans des mots composés comme le verbe Mirein, 'garder', p. 461, dict. A. T. [Mirein, v; a. V. Garder.] Par les racines Mir-é-in, 'garde dans moi'. Aussi Mirenn, 'collation', même p. [Mirenn, s. f. V. Collation ou repas entre le dîné et le soupé.] Par les racines Mir-en, 'garde dans', la collation ! – I, ‘elle’, l’unicité, avec le ‘h’ dans notre dict. de réf. ce qui fausse le bon sens, p. 289, dict. A. T. [Hi, pron. pers. Régime. Elle.] – Am, ‘me’, p. 9, dict. A. T. [Am, pron. poss. Me.] Am est l’inversion de Ma, ‘me’, ‘moi’.
 Cata Hollon [araméen], Cata ou Kata Hollon [brt], Kat-a Holl-on, lect. inv., ‘moi tout le plus posséder’. Interprété en araméen, ‘en un tout’. Il a donné le Katholikos : ‘universel’ en grec, et ‘Catholique’ en latin. – Cat, Kat, ‘posséder’, sens de l’excès par rapport à Kaout, p. 526, dict. A. T. [Kat, v. a. Posséder’] A l’excessif, même p. [Katar, adj. Capricieux.] Par les racines avec le suffixe superlatif, ‘A’, ex : Es-a, ‘plus facile’ ou Kos-a, ‘plus vieux’, Kat-a-ar, ‘posséder le plus dessus’, globalisé ‘capricieux’, l’association des ‘A’ était recherchée. – Holl, ‘tout’, ‘tous’, p. 487, dict. A. T. [Oll, voy. Holl.] P. 293 [Holl, adj. Tout, tous, toutes. En grec holos. Quelques-uns écrivent Oll ; pour moi, je préfère Holl.] – On, ‘moi’, p. 487, dict. A. T. [On, pron. pers. Toujours régime. Moi.]
Houtama [araméen], Out ama [brt], Out a-ma, lect. inv., ‘ci fait à l’égard de toi’, ici je fais à l’égard de toi. Mot composé paraphant un texte, appelé récitatif dans les Evangiles. En araméen ou brito-israélite, le scribe écrivait et, pour confirmer ses écrits, il devait avoir un témoin, et sa signature était l’Outama, ‘ci fait à l’égard de toi’. Admirons sans retenue la parfaite image rendue par les racines bretonnes ! – Out, ‘à l’égard de’ et ‘toi’. – Out, ‘à l’égard de’, p. 490, dict. A. T. [Out, préposition. A l’égard de.] – Out, ‘toi’, même p. [Out, pron. pers. Régime. Toi.] Utilisons toutes les possibilités disaient les anciens. – A, ‘fait’, p. 1, dict. A. T. [A, part. qui se place, en certains cas devant quelques temps des verbes, Heman a réaz, celui-ci fit.] Part., suffixe, préfixe, donnant le sens, ‘fait’, ‘fit’, sens actif à tous les mots et plus spécialement aux ‘mots composés’. – Ma, ‘ci’, p. 90, dict. A. T. [Ma, Man, conj. ci.]
Izlas [Serbo-croate], ‘sortie’, prononcé avec le ‘e’ peu écrit devant le ‘l’, Izel-as, lecture inversée, ‘toi bas’, la sortie pour les Croates. Il s’agit du bas ainsi signalé dans les transports en commun de Croatie pour sortir. – Izél, ‘bas’, p. 307, dict. A. T. [Izel, adj. Bas, peu élevé.] – As, toi’, p. 23, dict. A. T. [As, Az, pron. pers. Toujours régime. Toi, te.]
Ulas [serbo-croate], ‘entrée’, prononcé avec le ‘e’ peu écrit devant le ‘L’ Uel-as, lect. inv. ‘toi haut’. Ce haut est signalé dans les transports en commun de Croatie pour monter, soit, pour entrer. Ce mot était celui de Uel dans la Bible, ‘le haut’, ‘le très haut’ ; nos anciens préféraient Id, ‘haut’ sens dimensionnel ; Voir aussi notre lexique p. 163 aux I. – Uel, Huel, ‘le haut’, p. 297, dict. A. T. [Huel, adj. Haut, élevé.] Le ‘h’ est euphonique, et, selon la vieille langue, surtout employé pour séparer les syllabes. – As, toi’, p. 23, dict. A. T. [As, Az, pron. pers. Toujours régime. Toi, te.]
 Strat Down [Serbo-Croate], prononcé avec le ‘é’ en digramme, Stréat Doun, ‘la rue profonde’, ‘la rue creuse’. Il s’agit de la rue principale de Dubrovnik ; Sa particularité est de faire une saignée profonde dans la ville, un creux qui sépare la ville et qui serait un ancien canal. – Stréat, ‘rue’, p. 594, dict. A. T. {Streat, s. f. Rue.] – Down, prononcé Doun, ‘profond’, ‘creux’, p. 168, dict. A. T. [Doun, adj. Profond, creux.]
 
 
Copyright 2016. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu